Retour sur le colloque DataBFC – ouvrir et gérer les données de la recherche en Bourgogne Franche-Comté

Le colloque DataBFC s’est déroulé du 13 novembre au 15 novembre 2017 à la MSHE C. N. Ledoux (Besançon). Il a accueilli environ 90 personnes d’horizons divers tant du point de vue professionnel (chercheurs, documentalistes, ingénieurs, juristes, …), disciplinaire (sciences de la terre, sciences de l’univers, sciences humaines et sociales, sciences de l’environnement, physique, mathématiques, …) et géographiques (Bourgogne Franche-Comté, Paris, Montpellier, Bordeaux, Lyon, Chambéry, Nancy, Strasbourg, Saclay, Lausanne, …). Ce colloque qui avait pour objectif de lancer une synergie sur la gestion et l’ouverture des données de la recherche en Bourgogne Franche-Comté, a intéressé un public beaucoup plus large, montrant ainsi l’importance de cette problématique.

Quatre types de sessions ont été proposées :
• des interventions générales sur les données de la recherche avec des acteurs au niveau national ou international ;
• une table ronde avec des représentants des laboratoires et structures de recherche locales pour échanger sur leurs politiques et leurs pratiques ;
• des retours d’expérience de projets en Bourgogne Franche-Comté concernant la gestion de données de recherche ;
• une session poster.

Les présentations sont téléchargeables sur le site du colloque.

Les interventions générales, au nombre de 11, ont été réalisées par des représentants d’organismes internationaux français ou suisse impliqués et reconnus dans la gestion des données de la recherche tels que le CNRS (DIST), l’INIST, le CINES, l’UMS BBEES, la Research Data Alliance, Datacite, l’Observatoire virtuel astronomique, la TGIR Huma-Num, le Swiss Data Science Center. Elles ont permis d’aborder les différentes étapes du cycle de vie des données (Planification, Collecte, Analyse, Documentation, Stockage, Conservation, Exposition, Réutilisation) et l’importance d’avoir des données gérées suivant des principes définis : les FAIR data (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable). Les chercheurs et les structures peuvent ainsi valoriser ces données et en garder la souveraineté. Pour obtenir de telles données il est essentiel dès le début d’un projet de rédiger des plans de gestion des données (DMP), d’utiliser des guides de bonnes pratiques et de s’appuyer sur les compétences de professionnels (documentalistes, informaticiens, …) et le partage d’expériences dans les réseaux (professionnels et techniques, disciplinaires).

La table ronde a démarré par des présentations des pratiques et des politiques mises en oeuvre ou planifiées de différentes structures telles : l’OSU THETA, le laboratoire Biogéosciences, l’équipe Spectroscopie Moléculaire Processus Collisionnels et Applications du Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne, le laboratoire Chrono-environnement et la Zone atelier Arc Jurassien. Ces présentations ont montré en particulier, que ces structures ont d’ores et déjà intégré à la fois dans leur processus de gestion des données et leur politique scientifique, le projet Dat@OSU et qu’elles s’appuient dans ce but sur les moyens financiers et humains de l’OSU. La table ronde a permis d’apporter des éléments de réponse aux questions suivantes :
• de quoi les chercheurs et les laboratoires ont-ils besoin pour améliorer ou faciliter la gestion des données liées aux projets de recherche (description, référencement, accès, stockage, archivage, financement… ) dans un avenir immédiat ou assez proche notamment en Bourgogne Franche-Comté ? La discussion a fait ressortir des besoins en terme de moyens humains (exemple du CDS dont le fonctionnement repose sur la complémentarité : chercheur-documentaliste-informaticien), de ressources (portails, services de sauvegarde, d’accès aux données, de description). Il est aussi important de partager et mutualiser les connaissances et les moyens grâce aux réseaux (rBDD, RENATIS, SIST) et aux structures fédératives telles que les Observatoires des Sciences de l’Univers, les Zones Ateliers , …
• qu’attendent les chercheurs et les laboratoires de leurs tutelles ? (financement, poste, infrastructure , …). Il serait intéressant que les tutelles s’impliquent au moins d’un point de vue politique, recensent les initiatives dans leurs laboratoires et services, apportent un soutien juridique et compilent, voire coordonnent (par exemple en définissant un canevas de plan de gestion des données pour l’établissement) les informations nécessaires aux chercheurs (page web sur la gestion des données. A l’instar de ce qui se fait à l’université de Lausanne).

Quatre interventions ont permis de découvrir des retours d’expérience dans des disciplines très variées : une infrastructure de données spatiales développée à la MSHE ; une analyse de données du web qui propose un classement des universités ; un exemple de référencement et description dans Dat@OSU de données issues de l’ensemble de la carrière d’un chercheur ; une infrastructure de recherche pour les collections naturalistes.

La session poster a permis de présenter huit projets allant de la gestion des données de la recherche à l’université de Lausanne, au projet de gestion des échantillons dans les zones atelier, en passant par des projets tels que les rétro-observatoires avec ROZA et le projet Dat@OSU.

Les résultats du colloque :
Les personnes présentes ont pu découvrir et s’informer sur de nombreux aspects de la gestion des données de la recherche notamment du fait de la diversité des interventions. Les participants ont pu prendre connaissance de projets en cours dans un éventail large de disciplines et ont ainsi pu établir des contacts avec les porteurs de projet. Il est apparu que des outils développés dans le cadre d’une discipline pourraient être étendus à d’autres disciplines. Il apparaît en outre important de valoriser les activités liées à la gestion des données de recherche dans la carrière des chercheurs et d’apporter un soutien en terme de postes d’accompagnement à la recherche (documentalistes, informaticiens, juristes, « data scientists », …).

Les suites du colloque :
• Mise en place de formations dédiées (écoles doctorales, formation permanente des personnels des universités, du CNRS, …)
• Contact avec l’université de Lausanne
• Projet de colloque DataBFC 2 à Dijon en 2019
• Remontées aux tutelles universitaires : COMUE UBFC, Université de Franche-Comté, Université de Bourgogne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.